Faire un don
Adhérer

Groupe
Explorateur

International

Kinshasa-RDC


Selon un sondage sur les présidentielles: Voici le top 5 des candidats pointés favoris !

FATSHI a hérité du capital de confiance de son père.   il profite donc du transfert affectif de son père mythique et historique rien de plus.  Mais  le Père n’est pas le fils.
 l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social UDPS en sigle a connu un éclatement en quatre ailes dûment enregistrés au ministère de l’intérieur, On peut citer entre autres  l’UDPS  Kibasa qui vient de se prononcer pour la candidature de FATSHI, On a aussi L’UDPS tout court  dirigé par Me Bruno Tshibala Nzenzhe actuellement premier ministre, L’UDPS le peuple d’abord de Valentin  Mubake et l’UDPS Tshisekedi dirigé par  Félix Antoine Tshilombo.
FATSHI  hérite  du capital de confiance que la population congolaise avait envers  Etienne Tshisekedi. Cette population voit en Félix, la continuité d’une lutte  pour la restauration de la démocratie et la fin du système  qui a fait beaucoup de pauvres et l’UDPS se veut un parti de masses où l’on trouve tous les pauvres de la RDCongo victimes  de la mauvaise répartition des richesses du pays.
L’écart des revenus ou niveau de vie  entre les riches et les pauvres est trop grand.
Le système politique en place  est une oligarchie ou un petit groupe des personnes vachement riches et qui ont accès à toutes les commodités de la vie.
Félix Tshilombo  appartient à une des tribus les plus populaires de la RD Congo et dont la démographie avoisine  les 25% de la population congolaise. Il faut également  compter avec les congolais de la diaspora qui sont arrivés à l’étranger grâce à la carte de l’UDPS. Des groupes d’intellectuels qui ont réussi leur vie à l’extérieur du pays se reconnaissent en Thsisekedi le père.
 D’une façon générale, le vote africain a un caractère tribal et tous les luba phones vont se liguer pour faire triompher leur candidat et prendre le pouvoir pour lequel Etienne s’est battu toute sa vie.
A cause de la souffrance du peuple congolais et des inégalités sociales,  l’argument étude avancée contre  le fils biologique d’Etienne Tshisekedi n’aura aucun impact sur le vote. On connait le Président brésilien Loula DA Sylva  qui n’a fait que dix ans de scolarité. Très populaire, Lula  avait gagné  les élections haut la main  et a  dirigé  le Brésil pendant 8 ans soit 2 mandats consécutifs. Il a fait sortir de la pauvreté 40 millions des brésiliens en créant une classe moyenne.
Félix  a le soutien d’un parti politique national  qui a plus de 3 décennies d’une lutte non violente mais qui  a connu  beaucoup de martyrs, on pense que cette fois-ci l’UDPS va l’emporter contre le PPRD,  un parti politique qui a créé une   oligarchie  composée des flatteurs.
Les représentants de cette oligarchie ont    présenté  4 milliards USD de budget annuel pour 2018  pour un pays de 80 millions d’habitants dont 80 % vivent en dessous du seuil de  pauvreté soit moins de deux dollars américains par jour.
Il faut également dire que sur la liste de 54 pays africains publiée par la BAD, la RDCongo est 53ème en termes de budget annuel derrière le Sahara occidental, un pays désertique qui a aussi 4 milliards de dollars américains. Pour une population éduquée politiquement, on ne voit pas par quel miracle le candidat de la majorité peut l’emporter.

 Martin Fayulu

Il a un bon  profil présidentiel, une forte personnalité,  et physiquement présentable, bon cursus académique mais son parti n’a pas encore un encrage national.
On peut parier sur sa candidature  comme un outsider surtout qu’il a un carnet d’adresse très riche.
L’actuel vice-président des USA a été DG lorsqu’il entrait chez Exxon-Mobil C’est un candidat valable qui peut faire face au candidat du FCC avec des arguments d’économistes.
S’il est désigné candidat unique pour l’opposition. L’opinion lui donne 50 % d’intentions de vote.

Vital Kamerhe  
Cet économiste de l’université de Kinshasa ne manque pas d’atouts.  l’éloquence et la dialectique. A été président de l’Assemblée National et ministre de la communication.  
C’est un stratège. il était arrivé troisième lors des présidentielles de 2011 derrière Etienne Tshisekedi. Il est le Président d’un grand parti  l’UNC, il avait parrainé l’accord de la cité de l’OUA qui avait produit le gouvernement de Samy Badibanga, . A également été signataire de l’accord du 31 décembre 2016 dit de la CENCO qui a donné naissance au gouvernement de Bruno Tshibala. C’est un véritable facilitateur dans la résolution des conflits politiques.
Mis à part ses faiblesses humaines, il pourrait vaincre le candidat du FCC qu’il connait trop bien pour avoir été Secrétaire Général du PPRD  en 2006.
Ce cheval a un bon parcours qui peut déboucher sur la victoire finale pour le compte de l’opposition..

Docteur Noël Tshani Mwadiamvita

Il promet de mettre son expérience de banquier au service du développement de la RDC. Il affirme avoir aidé d’autres pays à se développer.
«Je voudrais devenir chef de l’Etat dans mon pays pour utiliser 35 années d’expérience professionnelle en tant que banquier commercial et banquier de développement.
Je voudrais utiliser l’expérience d’avoir travaillé dans 85 pays  différents, d’avoir aidé certains pays à sortir du sous-développement, à sortir du groupe des pays à revenus faibles pour devenir pays à revenus intermédiaires.
Nous allons créer des emplois pour tout le monde, nous allons développer la RDC pour qu’il devienne un pays à revenu intermédiaire»,  déclare Noël Tshiani.
 Son programme de société, qu’il a nommé: «Plan Marshall de Noël Tshiani pour la RDC», est contenu dans un ouvrage intitulé: «La force du changement».
 Il promet d’accélérer l’industrialisation du pays, développer le pays, construire les hôpitaux et autres infrastructures. Le candidat du FCC devant  Tshani n’aura pas un discours.
Le Professeur Freddy Matungulu, Président du parti Congo Na Biso déclare   « Notre objectif est de faire en sorte qu’après l’élection, qu’on ait un contexte d’apaisement de cœur, des esprits pour que nous puissions nous remettre au travail en tant que pays, remettre notre pays sur la voie du progrès économique et social.
Et pour cela, nous avons besoin d’avoir des élections apaisées, qui sont bien gérées et qui ont le financement nécessaire.
Des élections ouvertes donc celles qui peuvent nous amener à cet apaisement des cœurs et des esprits que nous recherchons.
Nous soutenons tout à fait toutes les conclusions auxquelles nos collègues qui sont à Bruxelles sont parvenus ».
 Il a un bon discours réconciliant, par apport au candidat du FCC surnommé coup sur coup !
Le président du parti CNB  a des atouts non négligeables de vaincra Ramazani SHADARI le 23 décembre prochain, s’il désigné candidat unique de l’opposition.

Page précédente!