Faire un don
Adhérer

Groupe
Explorateur

International

Kinshasa-RDC


Contre le troisième mandat de Joseph Kabila :La France, le Rwanda et l’Angola complotent !

 Les deux chefs d’État ont exigé le respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre en appelant le président congolais à ne pas se présenter aux élections prochaines en RDC.
«Le président Kabila doit respecter l’accord de la saint Sylvestre et ne pas se représenter aux élections en République démocratique du Congo qui auront lieu en décembre prochain», a déclaré João Lourenço. Une déclaration appuyée par Emmanuel Macron. «L’accord de la Saint Sylvestre est le seul viable. J’apporte mon plein soutien à la position angolaise (…) C’est la stabilité qui est recherchée», renchérit le président français.
Cette conférence de presse commune entre Macron et Lourenço a coïncidé avec celle tenue ce même lundi par le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende. Ce dernier a mis en garde les pays voisins de la RDC contre une éventuelle conspiration ou ingérence visant à «déstabiliser» la RDC.
La réaction du gouvernement congolais fait suit à une déclaration du président français qui disait appuyer l’initiative du Rwanda de l’Angola à propos de la RDC.
Le 26 mai, le Vice-Premier ministre chargé des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale, Léonard She Okitundu, avait convoqué les représentants diplomatiques, accrédités à Kinshasa, de la France, du Rwanda et de l’Angola pour des clarifications au sujet de cette initiative qui reste non-élucidée.

Kinshasa réagi !
« Les pays Africains qui se hasarderont à servir de tête de pont ou de sous-traitants à des stratégies extérieures hostiles à la RDC élaborées ailleurs seront toujours payés en monnaie de singe, en plus de la résistance farouche du peuple congolais à laquelle ils devront s’attendre. », a déclaré le porte-parole du gouvernement devant la presse nationale et inter nationale.
Le pouvoir congolais  n’a toujours pas digéré le fait que le président français ait reçu successivement les présidents rwandais et angolais pour évoquer une solution à la crise congolaise, sans qu’aucune autorité congolaise n’y soit associée.
Le gouvernement Rd Congolais accuse Paris de convoiter les immenses ressources naturelles de la RDC et voudrait se servir du Rwanda et de l’Angola pour le déstabiliser.
 » Les États n’ont que des intérêts, pas d’amis. », alerte Kinshasa.
Vexé d’avoir été mis sur la touche, le gouvernement congolais soutient que toute solution doit passer par lui.
« La RDC tout comme certains autres pays africains ci et là connaissent certes des problèmes, mais aucune solution importée du dehors de leurs frontières ne pourra y apporter des réponses durablement favorables à leurs peuples. », a dit Lambert Mende Omalanga.
En cas d’agression, le ministre de la communication et des médias prévient que les agresseurs feront face à une résistance farouche car la RDC a désormais les moyens de se défendre. 
Son armée est plus aguerrie et mieux équipée que dans le passé, a dit Mende.
Rappelons qu’Emmanuel Macron avait reçu vendredi à l’Élysée Paul Kagame le Chef de l’Etat Rwandais. 
Il avait dit à l’issue de ce tête à tête qu’il soutient l’initiative du Rwanda et de l’Angola sur la RDC.
Samedi Kinshasa, court-circuité a convoqué les ambassadeurs de la France, de l’Angola et du Rwadnda pour demander des clarifications.
En entendant, ces explications, le président angolais est reçu ce lundi par son homologue français.
Plongée dans une grave crise politique, Kinshasa clame qu’une rébellion mue par Moïse Katumbi est en préparation avec l’aide des pays voisins. 
Katumbi a réitéré sa volonté de conquérir le pouvoir par des voies démocratiques alors qu’il fait l’objet de plusieurs condamnations et enquêtes judiciaires qui le mette hors jeu du processus électoraln 

Page précédente!