Faire un don
Adhérer

Groupe
Explorateur

International

Kinshasa-RDC


Adoption de loi électorale en RDC : Les partis politiques mallettes aux abois !


Curieusement la majorité  de ces  partis  se prêtent être démocrate, nationaliste, républicain, et d’autres encore des socialistes ou fédéralistes. L’on se demande  ce qui  divise les chefs des partis politiques  et les empêche d’être ensemble bien que partageant la même idéologie politique ! Il est clair que le plus commun diviseur est le partage  du gâteau, c’est-à-dire les postes, l’argent et les positionnements etc.
Notons que  par définition, la politique est l’art de conquérir, de diriger et de conserver le pouvoir. Elle n’est pas un métier ou une profession à vie, mais plutôt un mandat qu’on reçoit  de la population.
En RD Congo le taux de chômage étant constamment en hausse, tout le monde fait la politique pour devenir député, sénateur, ministre, mandataire public. L’objectif principal n’est pas de servir le peuple mais de se faire l’argent rapidement.
Pour preuve, les élections municipales, urbaines et locales ne sont jamais organisées en RD Congo depuis 2006, pour la simple raison que ces petits postes ne paient pas assez.
C’est ça le mal qui ronge la démocratie congolaise : si la base n’est pas consolidée, comment le sommet peut-il tenir ?
Cette irrégularité du cycle électoral  a occasionné le glissement des institutions notamment le sénat en 2011 et 2016.
Sous d’autres cieux à l’instar des USA et de la France la politique n’est pas en soi une profession, elle est conditionnée à un mandat, mais en RD Congo  c’est une carrière pour toute une vie.
En fait seule la politique fait vivre son homme en RD Congo. On comprend dès lors qu’il y ait eu en 2011, 18750 candidats députés nationaux pour 500 sièges à l’Assemblée Nationale.
En 2001, bien que la RDC a eu un jeune homme à la tête de  l’Etat, le constat est qu’il était toujours entouré par des vieux politiciens de la première république. Joseph Kabila s’est plaint de ne pas trouver 15 oiseaux rares pour mieux travailler. L’histoire a montré qu’il ne les avait pas trouvés. Il est clair que la foultitude des partis politiques caractérisés par des doublons est la cause du désordre en RD Congo.
Les confusionnistes  politiques congolais s’embrouillent toujours comme des anguilles dans un bassin, sans trouver des solutions aux problèmes de la nation.
La majorité présidentielle et le Rassemblement sont toujours à couteaux tirés, l’on s’interroge pourquoi ne pas transformer ces grandes plateformes en deux grands partis politiques pour mettre fin aux partis politiques mallettes ?
Pour finir avec les partis politiques mallettes et le marigot politique, la solution réside dans la création des emplois dans tous les secteurs de la vie. Quand chacun se retrouve dans son secteur, la politique ne restera  qu’aux vrais politiciens et pas aux opportunistes, qui ont échoué ailleurs et qui cherchent à se rattraper dans la politique sans une bonne préparation.
Ainsi, l’adoption de la loi électorale aura l’avantage de faire disparaitre les partis mallettes et les acteurs politiques indépendants.


Page précédente!