Faire un don
Adhérer

Groupe
Explorateur

International

Kinshasa-RDC


Affaires Ne Mwanda Nsemi, l’UDPS et consort : Tout sur les attaques répétées de Kinshasa


La RDC est un pays caractérisé par des troubles et par des guerres depuis son indépendance en 1960. En 1997 pour son avènement, l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération (AFDL), est allé jusqu’au bout, en 7 mois : Il a conquis le pouvoir  après la chute du Maréchal Mobutu.
Dès 1998, sous Mzee Laurent Désiré Kabila, est déclenchée une guerre dite longue et populaire.  Le pays a perdu plus de 5 millions de ses  fils et filles.
Malgré ces tueries qui ressemblent au génocide juif, le Congolais n’est pas devenu assez sage pour comprendre qu’il a franchi les limites du permis. Il est pratiquement devenu un maniaque qui fait de la guerre une espèce de drogue.
Pas étonnant dès lors que la scène nationale congolaise soit encombrée des personnages comme Zacharie M. dit Ne Mwanda Nsemi, un Manianga qui s’est mis en tête de faire du Kongo Central un territoire ethniquement pur  et trouble. Périodiquement ce Nlongi a Kongo lance ses adeptes qui ressemblent à des drogués dans des attaques meurtrières contre des prisons et des symboles de l’Etat, etc. Ce chimiste converti en un politico-religieux ou gourou est accusé  d’être le cerveau moteur des événements du 17 mai 2017 et du 07 août 2017 toujours dans la ville de Kinshasa.
Tout cela pour la bonne et simple raison qu’il a annoncé à l’avance qu’il lancerait des actions à ces dates là. Les actions du 07 août dernier devraient précéder d’un jour les deux jours ‘’ville morte’’ programmés par  le Rassemblement – Limete. Et tout cela est effectivement arrivé en ces dates.
Simple coïncidence ? Méchante récupération politicienne ?
On peut noter de toutes les façons que ces actions n’ont pas été revendiquées par un mouvement quelconque à part le fait que les 31 personnes arrêtées par la Police auraient reconnu leur appartenance au BDM (Bundu-dia- Mayala) de Mwanda Nsemi et à l’UDPS. Cette affaire est  devant les cours et tribunaux.
Fétiches et montages:
L’Afrique profonde n’a pas encore cessé d’étonner : ‘’ici il y a des gens qui meurent prétendument pour avoir été mangée par leurs oncles, pendant que leur cadavre est encore entier’’.
Ces croyances et ces mystères ont entrainé des situations surréalistes et invraisemblables telles qu’ une nervure de balai qui sert d’avion au sorcier, un éclat de miroir qui sert de radar, des noix de palme comme grenade ou bombe, bref des armes hétéroclites auxquelles s’ajoutent machettes, lances pierres, arcs,fusils de chasse et quelques rares armes de guerre (M16). Même si on peut galvaniser les jeunes gens préalablement drogués, comme le fait Ne Mwanda Nsemi, la question essentielle demeure entière :
Comment avec ces choses-là peut-on renverser un pouvoir moderne beaucoup mieux armé que les pouvoirs ancestraux qui étaient déjà difficiles à renverser ?
C’est probablement cette difficulté qui fait penser à certains que ces attaques sont des montages à mettre sur le dos du régime en place.
Si ces  sont réellement des montages, comment alors expliquer tant des morts occasionnés par lesdits montages ?
Qui est assez méchant pour programmer la mort des gens innocents et paisibles et au nom de quels principes ?
Voici plus d’un an que la RDC a été sévèrement secouée par le phénomène Kamwina Nsapu. Parti du Kasaï occidental (Kananga), il a embrasé tout le grand Kasaï avec comme conséquences des afflux impressionnants de désormais réfugiés en Angola, et dans les provinces paisibles de la RDC, plus précisément le Kwilu (Bandundu).
Il est pratiquement impossible d’imaginer qu’un problème concernant un pouvoir coutumier devienne celui de toute une province et même de toute la nation congolaise.
En situation normale, et les cas sont fréquents, un chef mort laisse déjà son dauphin connu de tout le monde, il n’y aurait que le Chef Kamwina Nsapu pour oublier de désigner son successeur ?
Visiblement, le phénomène a été infiltré. Mais de quels bords sont-ils ? Des sujets de Kamwina Nsapu ou des envoyés du gouvernement ou  encore d’autres Congolais, ou enfin des voisins ennemis de Kamwina Nsapu ?
Sinon certains des individus prétendument en provenance du Rwanda ?
Mais ce phénomène a coûté à la nation des filles et des fils valeureux jusqu’à des étrangers qui n’y étaient pour rien, notamment les deux experts de Nations-Unies, les 5 inspecteurs de l’EPSP, sans oublier des policiers, des soldats des FARDC ainsi que des milliers de petits peuples inconnus et des sans voix.
Si ces sont là des montages, il faut reconnaitre que celui qui les conçoit est un criminel.
Tous les responsables politico-administratifs de l’espace Grand Kasaï qui acceptent de se mettre à la traine de ce criminel sont condamnables dans les mêmes termes que leur commanditaire. Si ce sont des étrangers qui se sont infiltrés, c’est par la faute des nationaux inconscients de leur rôle et de leur responsabilités.
Quoi de neuf ?
Déçu de ne pas avoir été élu en 2006 comme président de la République, le Prophète Joseph MUKUNGUBILA  aurait donc pris l’option de prendre le pouvoir autrement.
Qu’on se rappelle qu’en fin décembre 2013, des hommes se réclamant du Prophète Joseph Mukungubila  avaient attaqué le camp militaire  Tshatshi, la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC), et l’Aéroport de Ndjili.
En un temps record ils étaient balayés, la majorité d’entre eux mise sous les verrous et le commanditaire, Mukungubila s’est exilé en Afrique du Sud.
Eric Lenge a très désagréablement surpris l’opinion tant nationale qu’internationale en annonçant la prise du pouvoir par l’armée.
On n’avait jamais connu une farce aussi méchante de la part de quelqu’un qui avait une grande responsabilité à la Garde Républicaine.
Ce coup de sang n’a pas manqué son lot des morts, emportés inutilement dans la tombe aux grand dam de la nation qui avait encore besoin de ses fils.
Quoi qu’il en soit, il y a là une espèce de logique ou de fil conducteur pour soutenir ces anarchies, excentricités, et autres guerres.
Qui soupçonner ? Qui blanchir ?
Que fait la Monusco!
Une chose est cependant remarquable : c’est la présence  prolongée et nuisible de la MONUSCO qui semble être le centre de gravité de tous ces désordres.
Dans certains milieux, on va jusqu’à croire que cette présence de la MONUSCO, cette espèce de Cheval de Troie, serait le garde fou placé par la communauté internationale au cœur de l’Afrique pour empêcher le revolver Afrique, de se développer et lancer ainsi le développement de  L’occident serait donc décidé de maintenir l’Afrique dans le sous-développement qui ne porte bonheur, car ce sous développement permet à l’occident de continuer à pomper ses produits précieux.
Sans avoir jamais attaqué un des groupes armés qui infestent l’Est de la RDC, la MONUSCO ne fait que bénéficier de la prolongation de ses mandats, comme  qui dirait que c’est pour aider les casques bleus à creuser aussi leur part des pierres précieuses en RD Congo.
L’un d’eux se serait étonné en arrivant à l’Est, et aurait déclaré à haute voix que : ‘’ si au bout de votre séjour en RDC vous n’êtes pas devenu riche, dite-vous que vous ne le deviendrez plus jamais’’.
L’UDPS pointé
L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) est –elle le cerveau moteur de toutes ces attaques des symboles de l’Etat ?
Ce qui est vrai, c’est sont les déclarations sur des procès-verbaux d’audition, selon lesquelles ses attaques seraient l’œuvre aussi de l’UDPS qui vient de célébrer sa 53ème ville morte du 8 août 2017.
Vraies ou fausses, a beau se déclarer non violente, elle ne semblerait pas maitriser ses combattants qui profitent des dérapages et des pillages à chaque marche s’ils ne les occasionnent pas eux-mêmes.
Toutes ces manifestations sont dites pourtant pacifiques.
Toutes ces attaques ne profitent visiblement à personne en particulier ou à un groupe donné pour des objectifs qui demeurent encore inconnus en général.
Mais elles nuisent à la consolidation de  la démocratie, au développement et au peuple congolais

Page précédente!